De nombreux développements proposés contre la crise écologique sauf celui de... la biodiversité!

J'aime les regards de la Société Française d'Écologie. C'est un endroit où, malgré ma vision différente rendant le dialogue a priori impossible, je peux tout de même échanger avec des écologues professionnels. Ces regards sont plus intéressants que les conférences, voire même que les MOOCs. Ici, au moins, on fait notre possible pour revenir les uns vers les autres.

Le regard 68 m'a particulièrement intéressé. Deux scientifiques écologues s'y demandent "Quelles politiques agricoles pour le 21e siècle ?". Devant la crise écologique, ces deux auteurs proposent plein de développements différents : celui de l'agroécologie, de paysages multi-fonctionnels, d'initiatives citoyennes, de réflexions interdisciplinaires, celui de l'humain et de ses capabilités. Mais il y a un développement qui est paradoxalement clairement refusé par les auteurs : Celui de la biodiversité! Allez comprendre...

Pour les auteurs, la biodiversité, contrairement à l'homme qui se développe, elle se maintient mais ne se développe pas (et encore les auteurs ne font que supposer ce maintien). Je ne suis pas trop sûr mais je pense que ce paradoxe découle de l'idée de nature avec laquelle ces auteurs travaillent : L'homme s'y fantasme se développant dans un environnement stable. Je ne pourrais vérifier ma supposition... Je ne sais pour quelle raison, ma dernière question n'a pas été accepté par les modérateurs du site.